Europedigitale

La Grande-Bretagne est devenue le mois dernier le premier pays européen à voir son marché de la musique digitale (téléchargement et streaming) dépasser en chiffre d’affaires celui des ventes physiques. Un nouveau modèle économique que l’on ne retrouvait jusqu’à présent qu’aux Etats-Unis.

Malgré le vent de déprime qui souffle depuis plus d’une décennie sur le secteur, le marché anglais de la musique est demeuré l’un des plus dynamiques du Vieux Continent. Et le plus avancé en terme de pénétration de la musique dématérialisée.

Avec 51,4% de chiffre d’affaires réalisé en ligne, que ce soit via des plateformes de vente ou par du streaming légal, l’offre numérique est pour la première fois majoritaire.

Et le grand gagnant de cette nouvelle donne est sans surprise Apple et son iTunes Store, qui réalise désormais 11,3% des ventes de musique au Royaume-Uni (+2% en un an).

La bonne santé du digital en Grande-Bretagne ne doit néanmoins pas cacher des réalités plus disparates aux quatre coins du continent. En France, le numérique se situe à 30% du marché musical et est essentiellement constitué de streaming. Or en Angleterre et aux Etats-Unis, c’est le téléchargement, largement plus rémunérateur, qui domine le marché.

Author :
Print