Europedigitale

Loin des difficultés rencontrées en Europe (et notamment en France) par le secteur de l’édition numérique, qui peine à percer face à la résistance du livre papier, les internautes chinois se sont appropriés ce nouvel outil culturel… Des livres dématérialisés où la censure est moins présente et que certains auteurs chinois utilisent pour innover dans leur rapport à l’écriture.

Avec plus de 500 millions d’internautes, la Chine est le premier pays en terme de personnes connectées à Internet. Un marché immense dans lequel s’est engouffré le secteur de l’édition, comme l’explique Lisa Liping Zhang, qui anime un réseau littéraire en ligne.

“Nous avons plus de liberté que l’édition classique. Par exemple, en Chine, il est impossible de publier, de manière traditionnelle, des livres dont le sujet est l’homosexualité. Mais sur notre site, on publie des ouvrages qui en parle, des ouvrages d’abord publiés à Taïwan et dont on achète les droits”.

L’originalité du rapport des lecteurs chinois à l’édition numérique ne s’arrête pas aux thèmes abordés et il s’agit d’un secteur quasi-déconnecté de l’édition papier. “Ce sont deux marchés et deux publics différents. En Chine, il y a encore beaucoup de moyennes et petites villes où les gens achètent en kiosques ou dans les librairies. Les revenus des deux jeunes auteurs les plus connus, Han Han et Guo Jinming, proviennent de l’édition classique”, souligne l’auteure Cui Manli.

A tel point que les maisons d’éditions classiques utilisent désormais le Web pour repérer les nouveaux talents… et que ces derniers ont évolué jusque dans leur façon d’écrire. Leurs oeuvres évoluent régulièrement au gré des remarques de leurs fans.

Author :
Print